Archives de catégorie : Sport

Accident de vélo-voiture sans blessure et délit de fuite

Récemment un automobiliste m’est rentré dedans par derrière alors que j’avais ralenti pour céder la priorité à droite à une autre voiture. Je n’ai pas été blessé, mais il a roulé sur ma roue arrière, m’a accusé d’être en tord, a refusé de faire un constat et est parti. Voici les conseils que je peux vous donner dans un tel cas:

  • Si vous êtes absolument sûr que vous n’êtes pas blessé, alors la résolution est sensée se faire à l’amiable. Si il y a le moindre doute de blessure, je dirais qu’il faut appeler les pompiers ou la police. De ce que j’ai compris, la loi Badinter ne s’applique que si il y a blessures.
  • Restez courtois, constructif et factuel (mais ferme). Si vous êtes agressif, le fautif pourra argumenter sur la forme de vos paroles pour faire diversion.
  • Rassemblez des preuves. Si les véhicules sont encore dans la position de l’accident et que la sécurité le permet, prenez des photos.
  • Si il y a des témoins, prenez leurs coordonnées. Ça ne coûte pas grand chose, et si l’automobiliste est par la suite de mauvaise foi, ce sera très utile.
  • En cas de refus de constat (il est légal de refuser de faire un constat amiable, mais la réparation du préjudice est obligatoire):
    • Prendre immédiatement la photo du véhicule, de la plaque et de l’automobiliste.
    • Je pense qu’il est primordial d’aller noter les coordonnées de l’assurance visible à l’avant de la voiture (car c’est l’assurance qu’il faudra contacter)
    • Demander les noms et coordonnées du conducteur.
  • Si l’automobiliste part sans donner ses coordonnées, il faudra le retrouver. Si votre vélo est assuré (ce n’est pas le cas de mon assurance habitation), votre assurance devrait faire les démarches de recherche à partir de la plaque d’immatriculation ou de l’assurance, puis celles auprès de l’assurance de automobiliste.
  • Par contre, si vous n’êtes pas assuré, ce sera à vous de faire les démarches de recherche, puis des démarches de déclaration et d’indemnisation auprès de l’assurance adverse. Comme seules les assurances, les administrations et la police ont accès aux fichiers des assurances, la recherche passera par une plainte. La police pourrait vous refuser le dépôt de plainte avec l’argument que sans blessure il s’agit de procédure civile et non pénale, et également que vue que l’auteur s’est arrêté il n’y a pas délit de fuite (article 434-10 du code pénal), et donc qu’il faut porter plainte par courrier auprès du procureur. Selon cet article (voir en bas), une cour de cassation a condamné (arrêt du 18 octobre 2017) une automobiliste qui s’était arrêtée, avait vu les dégâts et était repartie (sa plaque avait été notée par un témoin), donc vous êtes en droit de porter plainte au pénal. Si la police refuse de prendre votre plainte (j’ai essuyé 2 refus au commissariat), vous pouvez arguer de la condamnation ci-dessus, et également que selon l’article 15-3 du code de procédure pénale « Les officiers et agents de police judiciaire sont tenus de recevoir les plaintes déposées par les victimes d’infractions à la loi pénale ».
  • Si on ne veut toujours pas prendre votre plainte, vous pouvez faire une pré-plainte en ligne.
    • Avantages: vous pourrez formuler calmement les faits, et la police sera dans l’obligation de vous recevoir. Quand vous serez reçu, vous aurez peut-être moins d’attente et l’écriture du texte de la plainte sera plus rapide.
    • Inconvénients: il faut bien scruter ses e-mails (j’ai reçu une réponse le lendemain, mais classée dans les spams par Free, et je ne l’ai vu que 2 semaines plus tard), si l’e-mail de réponse vous demande de rappeler cela peut être la galère à avoir le service (après 1h30 de tentative un lundi, on m’a dit de rappeler le mercredi, et là encore j’ai dû faire de nombreuses tentatives). Le bureau n’a l’air d’être ouvert que pendant les heures de travail, donc j’ai accepté le premier créneau libre (le lundi matin suivant) et ai pris une demi-journée de congé. Je me demande comment font ceux dont le travail ne permet pas de passer des plombes au téléphone et de s’absenter du boulot.

Épilogue temporaire: Je suis sans vélo, je ne peux le réparer car c’est à l’assurance de l’automobiliste de le prendre en charge, mais selon le policier qui a pris ma plainte je dois m’attendre à plus de 6 mois pour l’enquête.

Tennis: quelques stats sur les sets

Pour les périodes 2010-2017, voila les chances en Grand Chelem de gagner après avoir perdu les 2 premiers sets, ou le premier set:

  • Open d’Australie: 5.9%, 21.1%
  • Roland Garros: 5.2%, 19.8%
  • Wimbledon: 5.8%, 22.2%
  • US Open: 6.9%, 21.1%

Après perdu les 2 premiers set et gagné les 2 suivants, les chances de gagner sont très variables selon les années, mais en moyenne cela donne:

  • Open d’Australie: 57.3%
  • Roland Garros: 53.8%
  • Wimbledon: 56.9%
  • US Open: 63.8%

Après 3 sets en en ayant perdu 2, les chances de gagner le quatrième sont:

 Open d'AustralieRoland GarrosWimbledonUS Open
Perdu-Perdu-Gagné57.3%53.8%56.9%63.8%
Perdu-Gagné-Perdu41.0%30.8%38.0%33.1%
Gagné-Perdu-Perdu35.5%31.7%37.2%37.5%


Dans les tournois en 2 sets gagnants, les chances de victoire après la perte du premier set sont de 18.8% (à peu près la même chose sur terre et sur dur).


Dans les tournois en 2 sets gagnants, une fois arrivé au 3ème set, les chances de remporter le match sont de:

  • 47.4% si on a gagné le premier set et perdu le second.
  • et donc de 52.6 si on a perdu le premier set et gagné le second.

Il n’y a eu que 9 double-roues de bicyclettes (dont 3 à des pauvres invités de Doha). David Goffin en a subit et infligée une.


En Grand Chelem, voilà les chances de remporter le match après avoir gagné le premier set sur un score donné:

 Open d'AustralieRoland GarrosWimbledonUS Open
6-088.2%90.0%100.0%90.0%
6-185.5%92.7%90.0%88.4%
6-280.0%89.7%86.0%82.9%
6-384.0%84.1%78.6%78.0%
6-476.9%71.7%76.2%76.9%
7-576.6%77.8%78.1%79.6%
7-670.4%69.0%70.4%73.4%

Taille et âge des joueurs tennis ATP

Voici la répartition des tailles dans le top 100 ATP. Taille moyenne: 1m87. Taille médiane: 1m88

  • Moyenne des joueurs de 1 à 50: 1m87,9
  • Moyenne des joueurs de 50 à 100: 1m86,6
  • Moyenne des joueurs de 1 à 50: 1m89,9
  • Moyenne des joueurs de 51 à 100: 1m86,6

Âge moyen: 28,2. Âge médian: 28. L’âge moyen varie peu avec le classement dans le top 100.

Difficile de faire une corrélation entre l’âge et la taille vu la faible taille de l’échantillon.

Mise à jour: cet article intéressant montre l’évolution de la taille des joueurs depuis trente ans. Comme disait je-ne-sais-qui, l’avenir du tennis est aux joueurs d’1m95 qui se déplacent comme des joueurs d’1m75.

Que gagnent les joueurs de tennis pro?

Être joueur de tennis professionnel permet-il une vie d’opulence? Réponse courte: ça dégringole vite, et au delà de la 150ème place une fois tous les frais décomptés il ne reste pas grand chose. Si l’hébergement est souvent fourni, pas de tarif avantageux pour les billets d’avion: on ne sait jamais quand on va rentrer. Compter bien sûr tous les frais/cotisations/impôts d’un travailleur indépendant. À ce niveau là, pas d’entraîneur à plein temps, et évidemment pas de médecin/kiné qui suit en régulièrement comme c’est pour le cas au sommet de la hiérarchie.

Un article intéressant sur les joueurs de challengers/futures, et un autre. Les joueurs de foot ou de basket ayant le même « classement » mondial vivent sur une toute autre planète.

La table ci-dessous liste les revenus en tournois des 300 meilleurs joueurs mondiaux masculins en simple pour 2016 (triés par revenus, pas par classement). Seuls les joueurs les plus médiatiques gagnent vraiment de l’argent de leurs sponsors. Les autres peuvent au mieux avoir du matériel gratuit, ou bien faire en plus des compétitions moins prestigieuses comme des matchs interclubs ou des tournois nationaux.

ClassementRevenus
1$16 349 702
<25$1 362 807
<50$784 077
<75$512 949
<100$349 758
<125$219 710
<150$146 256
<175$103 126
<200$74 589
<225$59 186
<250$40 892
<275$26 770
300$11 028

Écouteur sports: Jabra Sport Pace ou Plantronics BackBeat Fit

J’ai pu tester ces deux modèles, cherchant un casque dont le fil ne m’encombre pas quand je vais courir et qui tiennent bien en place. Les deux sont Bluetooth et dans les 90€ environ.

Résumé: Aucun des deux ne me convainc vraiment. Le Plantronics est pour moi le casque de tous les jours parfait, mais assez désagréable pour le sport (enfin, peut-être pas pour du vélo d’appart…). Le Jabra est plutôt bien pour courir, mais presque uniquement pour ça.

  • Plantronics BackBeat Fit:
    • Bien:
      • Solidité: La construction a l’air bien solide. Avec son tour-de-cou bien épais je j’ai pas peur qu’une jointure de câble s’abîme. Le cache du connecteur USB (pour la recharge) a l’air bien solide.
      • Confort: L’écouteur m’a un peu fait mal au début (peut-être avais-je le conduit irrité), problème que je n’ai plus ressenti par la suite. Porté en environnement non-sportif, je l’oublie totalement (littéralement!): aucun frottement sur mon coup ou mes oreilles. C’est vraiment magique.
      • Ergonomie: Il faut un peu d’habitude pour l’enfiler rapidement, mais avec l’habitude je peux le faire machinalement. Le câble semi-rigide ne s’emmêle jamais (on sort le casque de la poche et s’est posé). Les deux boutons pour faire pause, éteindre et augmenter/diminuer le son se révèlent bien pratique. La voix indiquant l’allumage et le taux de charge est pile au bon volume.
      • Autonomie: Longue.
    • Pas bien:
      • Pendant le sport: Nettement moins bien. Je n’arrive pas à faire tenir les deux oreillettes correctement. Il y en a toujours une qui finit par sortir et c’est énervant. D’autre part, je l’avais choisi pour l’isolation limitée de ses écouteurs (afin d’entendre les voitures en traversant la route), mais au final l’isolation n’est pas suffisante: dès qu’il y a un bruit de circulation à proximité ou du vent, je n’entends plus vraiment la musique.
  • Jabra Sport Pace: (un peu l’inverse)
    • Bien:
      • Pendant le sport: L’isolation est assez bonne vu la nature des écouteurs. Ceux-ci tiennent mieux dans mes oreilles, mais il y en a toujours un qui finit toujours par glissement lentement (sans sortir complètement comme le Plantronics). À ce moment là, le volume ressenti diminue, je perds la sensation d’être dans ma bulle et je dois essayer de les recaler.
    • Pas bien:
      • Solidité: Avec leur câble « classique » de tour de cou, ils n’inspirent pas confiance, et je sens qu’il ne faudra pas tirer brutalement dessus pour les sortir du sac. Le cache USB en caoutchouc a l’air vraiment fragile: son attache est trop proche du connecteur et donc il faut le plier à 90°. D’autre part, il n’est pas facile à ouvrir (il faut des ongles).
      • Confort: Bonne déception une fois habitué au Plantronics: je ressens en bougeant la tête soit le frottement du câble dans le cou, soit celui des écouteurs dans les oreilles (ce qui donne des sons parasites typiques des intras).
      • Ergonomie: Le volume de la voix est bien trop fort (niveau « désagréable ») par rapport à mon volume d’écoute normale. On ne peut régler le volume que lorsque du son est en train d’être joué, ce qui est super nul si vous écoutez des sons assez courts (comme dans Anki). Les contrôles sur le câble (3 boutons) sont moins pratiques, mais ce n’est pas rédhibitoire. Pour le moment j’ai dû mal à l’enfiler et l’enlever rapidement (pas terrible quand quelqu’un vous parle).
      • Autonomie: Il faut recharger assez souvent. C’est à dire qu’il ne faut pas compter sur une journée d’écoute au bureau.

Si vous êtes comme moi victime du syndrome du casque qui tient mal, alors attendez-vous à la possibilité qu’aucun ne vous satisfasse. Triste.