Archives de catégorie : Non classé

Acheter des parts d’Enercoop PACA et « perdre » 30%

Lors de ma souscription chez le fournisseur d’électricité Enercoop, j’ai acheté des parts sociales (des actions) de la coopérative Enercoop PACA. Soit les conditions de revente des parts n’étaient pas clairement expliquées, soit je ne les ai pas bien comprises.

Les parts valent à l’achat 100€. Les fonds apportés par les nouveaux entrants font ensuite partie des fonds de la coopérative. Si on veut revendre ses parts, la valeur de rachat par la coopérative est grosso-modo la somme de ses fonds divisée par le nombre de parts courant. Comme la coopérative a été déficitaire ces dernières années, la valeur de rachat des parts n’est que de 70€ (en 2020).

Intuitivement, je pensais que mes « pertes » (ou gains) seraient liées à celles faites sur la coopérative sur un an. Mais en fait, les sociétaires se partagent également les pertes passées. D’un point de vue capitalistique c’est très désavantageux, et d’un point de vue participation à un projet commun c’est équitable.

En achetant des parts d’une PME, on a le droit à un avantage fiscal de 18% de la somme, et en contrepartie il faut les garder au moins 7 ans. Enercoop PACA espère un retour à l’équilibre en 2023. Moi aussi (pas seulement pour mon argent!).

Épargne éthique? Un choix très limité

Je cherchais où placer mes économies, en cherchant à leur donner une utilité sociétale, et surtout éviter:

  • Les entreprises pratiquant l’optimisation fiscale « agressive » (euphémisme) et utilisant les paradis fiscaux.
  • Celles basées sur des activités polluantes.
  • Celles liées à l’exploitation des travailleurs.
  • La finance connectée de la société.
  • etc…

Que choisir?

Et bien au final, selon les recherches des Amis de la Terre et les miennes, seuls deux types de produits financiers correspondent et elles n’ont aucune attractivité financière:

  • Les livrets et comptes à terme de la NEF. Les intérêts versés sont quasi-nuls, ce qui veut dire une perte à cause de l’inflation.
  • Les parts (actions) d’entreprises à vocation sociale, qui ne versent pas de dividendes et dont le seul attrait financier est une réduction fiscale de 18% du prix d’achat avec obligation de garder les parts 7 longues années, avec un risque de perte (ce sont des actions). Parmi celles-là:
    • Terre de liens, qui achète des terres agricoles et les loue à des agriculteurs en agriculture paysanne, bio ou biodynamique.
    • Enercoop, fournisseur d’électricité renouvelable qui participe vraiment à la création de nouvelles infrastructures (d’autres ne font que mettre une étiquette verte sur des centrales hydroélectriques vieilles de plusieurs décennies). Attention, en 2020 acheter des parts de Enercoop PACA vous garantit une perte immédiate de 30%.
    • Solifap, société d’investissement de la Fondation Abbé Pierre visant à faire du logement très social.

Et les autres placements « éthiques »?

Comme l’éthique est en vogue, moulte banques proposent leurs livrets, assurances vies et autres produits « éthiques » labellisés, mais tous en trompe l’œil (sauf La Nef). Ne vous laissez pas abuser par les discours en apparence engagés. Parmi les points trompeurs:

  • Les produits avec réversion des intérêts à des bonnes œuvres: les fonds sont placés dans l’économie classique et vous auriez pu vous-même donner les intérêts en bénéficiant d’une réduction d’impôts.
  • Les fonds de placements labellisés ISR (investissement socialement responsable): le fond investi dans des entreprises choisies selon des critères sociaux et environnementaux (en plus de la rentabilité). Mais les rapports annuels de ces fonds offrent des surprises, comme l’avait noté le jounal Le Postillon.
    Exemple: on y retrouve des grosses banques car elles ont de bonnes évaluations environnementales (les bureaux ça pollue peu) et sociales (égalité hommes/femmes), mais il s’agit des même qui investissent dans des entreprises très controversées et se servent des paradis fiscaux. Ou quand la stratégie de choix est une classification « best in class » (les meilleurs de chaque secteur sont choisis), cela mène à l’investissement dans des secteurs polluants (ex: l’automobile). Ces fonds sont assez rentables par rapport aux fonds classiques, mais au final ne s’en différencient que marginalement.
  • D’autres dédient un pourcentage mineur à des investissements vraiment sociaux/éthiques. Mais le reste est de l’économie classique (comprendre: les multi-nationales habituelles).

La Poste: recommandé en ligne, une efficacité relative

J’ai envoyé une lettre recommandée en ligne (c’est à dire que j’ai fourni un fichier PDF et La Poste l’imprime et l’envoie, pour un surcoût de presque 2€).

Bizarrement, la lettre part de Paris (pour partir bien loin en province). J’aurais pensé qu’ils auraient imprimé à proximité du lieu de réception (pour plus d’efficacité et de rapidité).

Le rail est énergétiquement plus efficace que le pneu

Une question qui me taraudait depuis un moment : un véhicule roulant sur des rails est-il plus efficace qu’un véhicule roulant sur des pneus et du bitume ? Si ce n’est pas le cas, ne serait-ce pas plus efficace de ne construire que des routes et d’avoir des bus/autocars, plus flexibles ?

Réponse: Le rail est plus efficace car:

  • en autres la roue ne se déforme pas (qui donne une déperdition d’énergie sous forme de chaleur), ce qui donne une plus faible résistance au roulement. Selon cette page (en anglais), la résistance au roulement d’un train est de 5 à 10 fois moins importante que pour une voiture (un train chargé ayant une résistance moindre car cela augmente la pression sur le rail), et de 3.5 à 7 que pour un camion.
  • la roue gare un bon contact avec le rail (pas de petits sauts et autres instabilités)

Compression of Wikipedia pages history

The Wikipedia foundation provides dumps for its projects. Among them, you have the full history of the pages: the dump is a compressed file containing the full text of each revision of each page. As you can guess, as new revisions of the pages are added, the overall space required exponentially grows. So I told myself that contributors should avoid adding tons of very small modifications (each of them adding the content of the full page in the history).

What about the compression of this history? It turns out than lzma (xz, 7zip) performs much better than bzip2. For example, for French Wikivoyage, the 7zip version is 5 times smaller than the bzip2 version. Here are some diagrams with:

  • in X: the size of the whole dump for a page after a given revision was added.
  • in Y: the size of the additional compressed data for this given revision.

For bzip2:

bzip2As you can see, the compression rate is decreasing.

For lzma:lzmaCompression rate over against the full data size for bzip2:

bzip2_rateCompression rate over against the full data size for lzma:

lzma_rateConclusion: lzma handles much better text that is the very repetitive and large.

I expect the bzip2 dumps to grow larger and larger. The French Wikipedia dump is currently 110Go in bz2 and only 15Go in 7z.