PC: connecteur de carte-mère « Power LED » 2 broches vers 3

Sur un PC, la connexion « Power LED », aussi appelé « PLED » et qui permet au boîtier d’afficher quand l’ordi est allumé, peut avoir 2 ou 3 broches, que ce soit du côté du connecteur sur la carte-mère ou du câble du boîtier.

Si vous avez une carte-mère à 2 broches et un connecteur à 3 broches, il est possible de changer l’emplacement des câbles sur le connecteur afin qu’ils se retrouvent l’un à côté de l’autre et donc adapté à votre carte-mère.

Continuer la lecture

Cheveux teints en bleus: marrant, contraignant et problèmes respiratoires

Il y a quelques mois, j’ai (déteint et) teint mes cheveux noirs en bleu avec une teinture « semi-permanente ». Si ce changement était vraiment amusant (ça donne un effet personnage d’animé), cela dégorge rapidement et je le suspecte de m’avoir causé des problèmes respiratoires.

Continuer la lecture

Acheter des parts d’Enercoop PACA et « perdre » 30%

Lors de ma souscription chez le fournisseur d’électricité Enercoop, j’ai acheté des parts sociales (des actions) de la coopérative Enercoop PACA. Soit les conditions de revente des parts n’étaient pas clairement expliquées, soit je ne les ai pas bien comprises.

Les parts valent à l’achat 100€. Les fonds apportés par les nouveaux entrants font ensuite partie des fonds de la coopérative. Si on veut revendre ses parts, la valeur de rachat par la coopérative est grosso-modo la somme de ses fonds divisée par le nombre de parts courant. Comme la coopérative a été déficitaire ces dernières années, la valeur de rachat des parts n’est que de 70€ (en 2020).

Intuitivement, je pensais que mes « pertes » (ou gains) seraient liées à celles faites sur la coopérative sur un an. Mais en fait, les sociétaires se partagent également les pertes passées. D’un point de vue capitalistique c’est très désavantageux, et d’un point de vue participation à un projet commun c’est équitable.

En achetant des parts d’une PME, on a le droit à un avantage fiscal de 18% de la somme, et en contrepartie il faut les garder au moins 7 ans. Enercoop PACA espère un retour à l’équilibre en 2023. Moi aussi (pas seulement pour mon argent!).

Kubuntu 19.04 à 19.10

Une des mises à jour les plus problématiques depuis longtemps:

  • Impossible de passer l’écran de connexion J’ai réinstallé en ligne de commande sddm (qui gère cette étape). Mais pour ça j’ai dû démarrer le wi-fi en ligne de commande avec la commande nmcli.
  • Une fois dans KDE, les widgets de mes panneaux KDE étaient cassés et le panneau de configuration ne s’ouvrait pas, pour cause de bibliothèque manquante. Solution: en ligne de commande désinstaller tous les paquets avec « kde » ou « plasma » dans le nom et installer « kde-standard ».
  • MySQL ne démarre pas: « mysql function archive already exists ». Impossible de trouver pourquoi. J’ai enlevé MySQL (je crois que je n’avais pas de DB liée au système).

Point positif: disparition du délai de 30 secondes à chaque démarrage si /usr se trouve dans un LVM.

Épargne éthique? Un choix très limité

Je cherchais où placer mes économies, en cherchant à leur donner une utilité sociétale, et surtout éviter:

  • Les entreprises pratiquant l’optimisation fiscale « agressive » (euphémisme) et utilisant les paradis fiscaux.
  • Celles basées sur des activités polluantes.
  • Celles liées à l’exploitation des travailleurs.
  • La finance connectée de la société.
  • etc…

Que choisir?

Et bien au final, selon les recherches des Amis de la Terre et les miennes, seuls deux types de produits financiers correspondent et elles n’ont aucune attractivité financière:

  • Les livrets et comptes à terme de la NEF. Les intérêts versés sont quasi-nuls, ce qui veut dire une perte à cause de l’inflation.
  • Les parts (actions) d’entreprises à vocation sociale, qui ne versent pas de dividendes et dont le seul attrait financier est une réduction fiscale de 18% du prix d’achat avec obligation de garder les parts 7 longues années, avec un risque de perte (ce sont des actions). Parmi celles-là:
    • Terre de liens, qui achète des terres agricoles et les loue à des agriculteurs en agriculture paysanne, bio ou biodynamique.
    • Enercoop, fournisseur d’électricité renouvelable qui participe vraiment à la création de nouvelles infrastructures (d’autres ne font que mettre une étiquette verte sur des centrales hydroélectriques vieilles de plusieurs décennies). Attention, en 2020 acheter des parts de Enercoop PACA vous garantit une perte immédiate de 30%.
    • Solifap, société d’investissement de la Fondation Abbé Pierre visant à faire du logement très social.

Et les autres placements « éthiques »?

Comme l’éthique est en vogue, moulte banques proposent leurs livrets, assurances vies et autres produits « éthiques » labellisés, mais tous en trompe l’œil (sauf La Nef). Ne vous laissez pas abuser par les discours en apparence engagés. Parmi les points trompeurs:

  • Les produits avec réversion des intérêts à des bonnes œuvres: les fonds sont placés dans l’économie classique et vous auriez pu vous-même donner les intérêts en bénéficiant d’une réduction d’impôts.
  • Les fonds de placements labellisés ISR (investissement socialement responsable): le fond investi dans des entreprises choisies selon des critères sociaux et environnementaux (en plus de la rentabilité). Mais les rapports annuels de ces fonds offrent des surprises, comme l’avait noté le jounal Le Postillon.
    Exemple: on y retrouve des grosses banques car elles ont de bonnes évaluations environnementales (les bureaux ça pollue peu) et sociales (égalité hommes/femmes), mais il s’agit des même qui investissent dans des entreprises très controversées et se servent des paradis fiscaux. Ou quand la stratégie de choix est une classification « best in class » (les meilleurs de chaque secteur sont choisis), cela mène à l’investissement dans des secteurs polluants (ex: l’automobile). Ces fonds sont assez rentables par rapport aux fonds classiques, mais au final ne s’en différencient que marginalement.
  • D’autres dédient un pourcentage mineur à des investissements vraiment sociaux/éthiques. Mais le reste est de l’économie classique (comprendre: les multi-nationales habituelles).

Ubuntu 19.04: problème de cliquetis avant et après un son

Nouvelle mise à jour de Kubuntu, nouveaux petits problèmes. Au moment de jouer un son et également 6 secondes après, un gros bruit de craquement se fait entendre. Ce qui rend fou si les sons sont brefs. Avant je ne l’avais qu’à l’extinction de la machine.

Solution qui marche pour moi:

Dans le fichier « /etc/pulse/default.pa », commenter la ligne suivante en mettant un dièse devant:

load-module module-suspend-on-idle

Ensuite vous pouvez tuer pulseaudio avec « killall pulseaudio », il sera redémarré au prochain son voire immédiatement. Vous pourrez immédiatement constater si cela a marché ou pas.

Cela évite que le périphérique audio soit suspendu quand il n’est plus utilisé. Hypothèse: peut-être que c’est utile sur un portable pour lequel on veut économiser la batterie… En tous cas ce n’est pas techniquement une bonne solution. Il faudrait plutôt chercher au niveau du gestionnaire du périphérique audio (un intégré Realtek dans mon cas).

Ce qui n’a pas marché

Certains ont proposé de configurer la ligne suivante, ce qui a été sans effet pour mon cas:

load-module module-hal-detect tsched=0

aukeydirect.com / Elysun SARL condamné livraison de mauvais produit après retard

J’ai eu le malheur de commander un chargeur USB sur aukeydirect.com (« en stock »), et après plusieurs semaines de délais/relances, le vendeur m’en a envoyé un dans le mauvais coloris, puis a fait le mort quand j’ai demandé l’application de la Garantie légale de conformité (retour aux frais du vendeur). Quand j’ai fait appel à un conciliateur de justice, il a nié que le produit était incorrect. Après procès, le tribunal d’instance l’a condamné à des dommages et intérêts. La procédure complète aura duré 8 mois!

Chronologie

DateFait
J-0Commande sur le site
J+3/4Réception de l'autre produit de ma commande (câbles USB)
J+10Mail au commerçant car les délais décrits dans des Conditions générales de ventes sont dépassés pour le chargeur USB (en passant, le site indiquait «livraison en 72h», mais les CGV ajoutait un délai de traitement de 5-6 jours).
Excuse, promesse de réception avant la fin de la semaine suivante.
J+18 / J+23Toujours rien, mail demandant un statut.
Réponse: livraison « dans les prochains jours», retard dû à un long dédouanement (pour un produit sensé être «en stock!»), refus d'annuler la vente du chargeur
J + 25Réception d'un chargeur dans un autre coloris.
Demande par e-mail d'application de la Garantie légale de conformité.
J + 32Face au silence, relance par e-mail
vers J+34Relance par message sur le site web.
J+41Relance par lettre A/R
J+43Réception de la lettre
J+55Demande de conciliation sur le site web des Conciliateurs de justice (obligatoire avant toute action judiciaire pour un petit montant).
J+70Rencontre seul du conciliateur (il n'a pas reçu toutes les pièces du dossier) à ma mairie annexe
J+77Suite à l'échec de la discussion entre le conciliateur et le vendeur (qui argue que j'ai bien reçu le produit, le suivi du colis faisant foi), réception d'un «constat de non-conciliation»
Vers J+87Plainte (par courrier) au Tribunal d'instance de ma ville.
+ 5 moisProcès au tribunal. Le vendeur n'est pas présent (se trouve dans le même département).
+ 8 moisRéception du verdict. Après que j'ai contacté le vendeur, il m'enverra un chèque pour payer sa condamnation et je renverrai le produit (j'ai fourni le colis et lui un bon de retour à coller dessus).

Ce que j’en retiens

  • C’est incroyable le nombre d’opportunités qu’a laissé le vendeur de conclure l’affaire sereinement.
    • Il aurait pu indiquer sur son site un statut correct pour la disponibilité des produits (bon, tout le monde peut faire une erreur).
    • Quand je l’ai relancé, il aurait pu me dire le véritable statut (produit pas en stock, date de disponibilité inconnue).
    • Quand je l’ai relancé pour la 2ième fois, il aurait pu accepter ma proposition d’annuler la vente.
    • Il aurait pu me demander avant d’envoyer un produit avec le mauvais coloris.
    • Il aurait pu appliquer la Garantie légale de conformité qu’il se doit d’honorer.
    • Il aurait pu dire au Conciliateur de Justice la vérité (il n’a pas envoyé le bon produit) et accepter l’application de la garantie.
  • Cela me laisse l’impression qu’il devait avoir un sentiment d’impunité, car qui irait s’embêter pour un tel montant! Ces démarches demandent beaucoup de temps, surtout lorsqu’on veut être net, respecter les procédures et avoir un dossier béton (alors que je ne suis pas juriste).
  • La Justice est très lente en France (2 mois pour passer au tribunal et 3 mois pour le verdict), à cause notamment d’un manque de moyens honteux (24/28 en Europe sur le nombre de juges par habitant!). Donc forcément, cela décourage les victimes d’agir et avantage les personnes peu scrupuleuses.
  • Si les consommateurs n’agissent pas, cela donne aux vendeurs peu vertueux un avantage compétitif face à ceux qui respectent leur contrat.
  • J’ai voulu éviter le géant de la vente qui paie/payait ses impôts au Luxembourg pour ses activités en France, mais d’un côté mal m’en a pris. J’ai ensuite acheté sur Rakuten et… le vendeur ne m’a pas livré. Heureusement Rakuten m’a remboursé. Il faut avoir la foi pour faire appel aux indépendants 🙁

Que faire en cas de livraison de produit incorrect?

Avis de non-responsabilité: je ne suis pas juriste et ce qui suit est le fruit de mes recherches personnelles. Une association de consommateur saura vous aider plus précisément. Ce qui je décris ci-dessous est pour un montant limité (moins de 4000€) et sans avocat.

Même si l’affaire est énervante, il faut rester cordial, mais ferme et lucide. Tout le monde peut faire une erreur et échauffer les esprits risque d’être improductif et vous desservir.

1) Contacter le vendeur

Évidemment la première chose est de contacter le vendeur qui a peut-être une procédure établie pour obtenir un échange ou un remboursement. Si le vendeur peut offrir une « garantie commerciale » (avec des termes particuliers), la Garantie légale de conformité exige que le vendeur procède soit au remplacement du produit soit à son remboursement, le tout sans frais pour le client, donc assurez vous que ce sera bien le cas. Vous ne devez surtout pas faire valoir le droit de rétractation qui implique un retour à vos frais.

Selon le Centre Européen des Consommateurs, « Bien que la directive [de la Garantie légale de conformité] ne le mentionne pas, les frais d’expertise devraient également rester à la charge du vendeur, tout comme les frais administratifs (frais de livraison, frais bancaires, communication…). ». Donc si un remboursement a lieu, le vendeur doit rembourser les frais de livraison de l’achat.

2) En cas de refus: lettre A/R

Si le vendeur refuse, vous devrez lui notifier votre demande par lettre recommandée avec accusée de réception, en lui mentionnant que vous voulez que s’applique la Garantie légale de conformité qui demande soit le remplacement soit le remboursement sous un délai raisonnable (disons 10 jours ouvrés).

3) Refus confirmé: appel au Conciliateur de justice

Si vous avez décidé de faire valoir vos droits, vous vous amenez vers une procédure judiciaire (décrite ici). Mais avant de vous tournez vers le Tribunal d’instance, vous devez faire appel à un Conciliateur de justice (gratuit). Vous pouvez remplir un dossier sur Internet, et vous pourrez ensuite aller voir le conciliateur dans une permanence près de chez vous (si le vendeur est géographiquement éloigné, il se peut que le Conciliateur communique avec lui par téléphone et/ou e-mail).

Si la conciliation n’est fructueuse (je vous ne le souhaite pas), alors on vous remettra un certificat de non-conciliation pour la phase suivante.

4) Saisine du Tribunal d’instance, demande de procès

Vous devrez remplir un dossier (description sur service-public.fr) qui comprend:

  • Un formulaire (Cerfa n°11764*08)
  • Le certificat de non-conciliation
  • Un extrait Kbis si le vendeur est une personne morale. C’est payant dans tous les cas et pour éviter d’avoir à vous déplacer vous pouvez le faire sur le site Infogreffe (3.7€).
  • Tous les documents exposant le problème. Dans mon cas, j’ai inclus une chronologie des faits, les échanges d’e-mail, la facture, une copie de la lettre A/R et son accusé de réception.

Dans le formulaire, vous devrez préciser le montant que vous demandez pour le principal (sommes à rembourser) et les dommages et intérêts. Pour ces derniers, si il est facile de lister les frais engagés (lettre A/R, extrait Kbis…) il est plus compliqué de donner un montant pour le préjudice subit (perte de temps, non-jouissance du produit). Bonne chance 🙁

Vous pouvez remettre vous-même votre dossier au greffe du Tribunal d’instance le plus proche de chez vous, ou bien l’envoyer par la poste. Vous recevrez une convocation au tribunal pour le procès. Pour moi, mon passage devant le juge a duré moins de 5 minutes, mais j’ai dû me rendre disponible.

Tennis: quelques stats sur les sets

Pour les périodes 2010-2017, voila les chances en Grand Chelem de gagner après avoir perdu les 2 premiers sets, ou le premier set:

  • Open d’Australie: 5.9%, 21.1%
  • Roland Garros: 5.2%, 19.8%
  • Wimbledon: 5.8%, 22.2%
  • US Open: 6.9%, 21.1%

Après perdu les 2 premiers set et gagné les 2 suivants, les chances de gagner sont très variables selon les années, mais en moyenne cela donne:

  • Open d’Australie: 57.3%
  • Roland Garros: 53.8%
  • Wimbledon: 56.9%
  • US Open: 63.8%

Après 3 sets en en ayant perdu 2, les chances de gagner le quatrième sont:

 Open d'AustralieRoland GarrosWimbledonUS Open
Perdu-Perdu-Gagné57.3%53.8%56.9%63.8%
Perdu-Gagné-Perdu41.0%30.8%38.0%33.1%
Gagné-Perdu-Perdu35.5%31.7%37.2%37.5%


Dans les tournois en 2 sets gagnants, les chances de victoire après la perte du premier set sont de 18.8% (à peu près la même chose sur terre et sur dur).


Dans les tournois en 2 sets gagnants, une fois arrivé au 3ème set, les chances de remporter le match sont de:

  • 47.4% si on a gagné le premier set et perdu le second.
  • et donc de 52.6 si on a perdu le premier set et gagné le second.

Il n’y a eu que 9 double-roues de bicyclettes (dont 3 à des pauvres invités de Doha). David Goffin en a subit et infligée une.


En Grand Chelem, voilà les chances de remporter le match après avoir gagné le premier set sur un score donné:

 Open d'AustralieRoland GarrosWimbledonUS Open
6-088.2%90.0%100.0%90.0%
6-185.5%92.7%90.0%88.4%
6-280.0%89.7%86.0%82.9%
6-384.0%84.1%78.6%78.0%
6-476.9%71.7%76.2%76.9%
7-576.6%77.8%78.1%79.6%
7-670.4%69.0%70.4%73.4%