Le clavier bépo Typematrix et moi, un bilan contrasté

Mise à jour de mes impressions quelques mois plus tard.

J’ai acheté il y a 1 an et demi un clavier Bépo (disposition des touches ergonomique et vraiment adaptée au français) de marque Typematrix, puis un deuxième récemment pour le boulot, et voilà le bilan contrasté que j’en fait.

Commençons par les points négatifs.

  • Le prix. Le Typematrix avec une «skin» (ou sans) est vraiment cher: 109€ avec les frais de port. On peut trouver des claviers Azerty sympa pour le quart ou le tiers du prix. Donc si on en achète plusieurs, on tombe vraiment dans l’achat plaisir / de luxe. Une solution alternative est de prendre un clavier classique et d’y ajouter des auto-collants prévus à cet effet.
  • La qualité. Au bout de 16 mois, quelques touches commencent à s’effacer. Pour ce prix, c’est inacceptable. Point de vue durabilité mécanique, je ne peux pas encore me prononcer, mais je n’ai pas de raison de penser qu’elle est meilleure que celle d’un clavier à 20-30€.
  • Le touché des «skins». Une skin est une enveloppe en caoutchouc que l’on place sur le clavier pour avoir une autre disposition des touches (comme Azerty) ou bien pour le protéger (de la saleté). Si ça empêche bien les poussières et autres de s’y accumuler (à ce prix là, on bichonne son clavier!), j’ai beaucoup perdu en sensation (ce qui n’est pas le cas de tout le monde), et souvent certaines de mes frappes n’étaient pas prises en compte (frustrant!). Ne plus en utiliser a grandement amélioré le confort.
  • L’utilisation de clavier Azerty. Avec le temps, j’ai perdu l’habitude d’utiliser un clavier Azerty. Si je dois en utiliser un (celui d’un collègue par ex.), j’ai besoin de temps pour retrouver mes marques (et ça coupe le rythme de ce que je veux faire).
  • Clavier Azerty additionnel requis pour les autres personnes qui viendraient utiliser votre machine.
  • Machines sans support bépo. Un système ayant un clavier bépo a besoin du support de cette disposition. Si on se connecte à une machine Windows distante ne l’ayant pas, on devra se contenter de l’azerty (ou du qwerty). De même, lors d’installation de systèmes (Windows, Linux), le support n’est souvent pas présent et on doit utiliser un clavier Azerty. J’ai également eu le problème avec des VM Android.
  • L’intégration logicielle. De nombreux programmes sont conçus à la base pour utiliser des raccourcis prévu pour du qwerty. Heureusement, la plupart du temps, cela se passe bien sur des systèmes français-azerty. L’utilisation de clavier bépo pousse cette incompatibilité un peu plus loin. Par exemple, je n’ai jamais pu faire un certain raccourci-clavier qui comprend la touche «insérer» (accessible par la combinaison fn+suppr). Ou bien dans Dolphin, la touche «couper» supprime les fichiers (vu qu’elle produit la combinaison «maj-suppr»)
  • La période d’apprentissage. Elle demande de pratiquer des exercices pour commencer à être efficace. Taper un mail les premiers jours est vraiment frustrant. Je crois qu’il m’a fallu deux bonnes semaines pour passer cette période difficile (en utilisant un clavier azerty pour les choses urgentes), et beaucoup plus pour m’y habituer totalement.
  • Un gain finalement limité. Je ne peux pas dire que j’ai beaucoup gagné en vitesse de frappe, et en taux d’erreurs de frappe (j’en fais en certain nombre!). Mais il faut savoir que je ne regarde plus mon clavier pendant que je frappe (des repères permettent de placer les indexes sur les touche «e» et «t»). Si je faisais de même avec un clavier azerty, j’aurais également bon nombre d’erreurs de frappes.
  • Moyen pour le développement. Je crois que le gain le plus grand a lieu si on tape des textes en français. Si on tape du code, on perd cette régularité dans la frappe car on doit utiliser bien plus souvent des touches périphériques (comme les accolades ou le signe «égal»).

Les points positifs, car il y en a.

  • Vraiment bien pour les textes français dépassant une phrase. Mes mains se baladent beaucoup moins, la disposition logique des touches (voyelles à gauche, lettres fréquentes très accessibles) montre toute sa force. C’est franchement un plaisir.
  • J’ai pris une meilleure posture devant mon poste. Comme les mains retrouvent la même position sur le clavier et comme chaque touche a un doigt associé, cela me force à rester plus droit.
  • La disposition de Typematrix est vraiment très bien pensée. J’étais assez pessimiste sur l’absence de pavé numérique, c’est moins efficace pour taper des nombres, mais ça permet de rapprocher la souris de l’axe du corps et cela donne un ensemble totalement cohérent. La position des touches Entrée et de suppression au centre est vraiment bien vue. Les touches couper/coller/coller sont de bons équivalent aux raccourcis ctrl-x, ctrl-c et ctrl-v. Par contre, je ne saurais pas dire si l’alignement en grilles des touches du Typematrix apporte un gain.

Conclusion: c’est à vous de voir. Si en théorie cette disposition est beaucoup plus rationnelle que celle en Azerty, en pratique le gain peut être assez limité.

10 réflexions sur « Le clavier bépo Typematrix et moi, un bilan contrasté »

  1. Ping : Clavier bépo Typematrix, quelques mois après | Fabsk.eu

  2. stéphane

    Merci beaucoup pour ce retour d’expérience. C’est vraiment précieux, car on trouve surtout les commentaires enthousiastes du début d’utilisation, ou de la publicité.

    Je suis tenté par l’aventure Bépo + TypeMatrix. A vous lire, je vais peut-être abandonner ce projet. Après un apprentissage par logiciel dactylo il y a vingt ans, je tape très vite en azerty avec mes dix doigts, sans regarder le clavier. J’ai donc déjà une posture droite et confortable. Parfois, après un très long texte tapé rapidement, je ressens la limite de l’azerty par des douleurs dans les doigts, mais bon, il suffit de faire une pause ou de ralentir et ça rentre dans l’ordre… donc passer au Bépo m’aurais sans doute déçu par rapport à l’effort d’adaptation à consentir. De plus, la perte des habitudes azerty que vous signalez me refroidit un peu..

    Un jour peut-être, si on a pas découvert une interface pensée-machine, il serait souhaitable d’enseigner dès l’enfance l’usage d’un clavier, et là autant que ce soit le Bépo 🙂

    Répondre
  3. Jean-Denis

    Salut, je tombe sur ce post avec un peu de retard. Attention, dans tes listes de points négatifs et positifs, tu mélanges deux choses : le fait d’utiliser une disposition de clavier bépo (on peut le faire avec n’importe quel modèle de clavier), et le fait d’utiliser spécifiquement un clavier TypeMatrix pour taper en bépo.

    J’ai eu deux TypeMatrix également, et je suis bien d’accord avec toi : le rapport qualité/prix n’y est pas. Entendons-nous bien, ce sont de bons claviers, meilleurs que la plupart des bouts de plastocs à 25/30€, mais à ce prix là, certains défauts (notamment d’usure) sont innaceptables.

    Par ailleurs, un point important : ce n’est pas le fait d’avoir un clavier TypeMatrix qui permet de bien taper en bépo, c’est plutôt la régularité avec laquelle on s’entraîne au début. Le fait d’avoir un skin bépo peut en fait être assez contre-productif : avec le skin, on regarde ses doigts et le clavier au lieu de s’en détacher pour regarder l’écran. Un des principaux points d’intérêt d’utiliser une disposition de saisie Dvorak, outre le fait de taper à dix doigts en limitant les efforts biomécaniques, c’est justement d’être en capacité de ne pas quitter des yeux son écran, de taper les yeux fermés ou en regardant quelqu’un pendant qu’on discute avec lui (tout en continuant à taper), etc.

    Mon conseil en terme de clavier pour du bépo, ce serait plutôt de rester sur son clavier habituel au début, puis, si on accroche (et qu’on s’accroche), d’investir dans un clavier mécanique. Pour le même prix (voire moins) qu’un TypeMatrix, on aura un véritable clavier haut de gamme, robuste, précis, confortable.

    Répondre
    1. Fab Auteur de l’article

      Tout à fait d’accord avec tes commentaires. Effectivement, je n’ai pas d’expérience bépo sans Typematrix (je ferais mieux d’essayer, j’ai acheté des autocollants).
      À part ça j’en suis à mon 4ième clavier Typematrix (un à la maison et un au boulot): le plus récent pourtant en bon état a cessé de fonctionner d’un coup un peu après un an (remplacé gracieusement), et un autre a commencé à avoir des touche défaillantes après 2 an et demi. Le rapport qualité prix n’y est pas. Si j’avais à lui donner un prix juste, je dirais 40-50€ max

      Répondre
  4. Opéb

    Pour les débutants bépo :
    copier – coller s’effectue facilement avec la main droite (oui ça change pas mal les habitudes mais cela marche partout même dans les programmes bizarres sous windows 8 , contrairement au ctrl-y ctrl-x du bépo-azerty !) –> ctrl-insert pour copier puis shift-insert pour coller

    Répondre
  5. Samuel

    Bonjour,

    Merci de partager tes expériences. Pour ma part, je suis au Québec. Je ne sais pas si c’est le cas dans les pays Européens mais au Québec, nous sommes entourné d’Anglais et donc, au travail comme à la maison, j’ai très souvent à communiquer en Anglais. Je travailles dans un environnement majoritairement Français mais j’ai quand même à écrire beaucoup en Anglais. Dans les dernières années, j’ai acheté beaucoup de claviers. J’ai acheté un Truly Ergonomic Keyboard, un TypeMatrix, un Microsoft Natural 4000, un Microsoft Sculpt et des plus conventionnels mais mécanique tel que Das Keyboard Blank et pas Blank. J’ai utilisé des layout QWERTY, Workman, ColeMak, Dvorak mais pas Bépo. Je suis un programmeur et donc, presque tout mon temps sur un clavier se résume à écrire du code. Je peux dire avec certitude que la meilleure façon d’améliorer ma productivité est vraiment en lien avec le layout physique du clavier. Je programmes en C# et j’utilise Visual Studio avec Resharper alors je n’ai pas grand chose à écrire pour que le code se complète de lui-même. Je fais beaucoup de raccourcis claviers qui ont majoritairement été créés par des Anglais sur des claviers QWERTY alors lorsque je change de layout, je vois rapidement que la mécanique musculaire d’atteindre les raccourcis avec des layout autre que QWERTY n’est vraiment pas adaptée. Enfin bref, je te remercie de m’avoir convaincu sans vraiment vouloir explicitement me convaincre que le clavier Bépo ne sera pas pour moi. Je demeure un programmeur qui aime changer de clavier et essayer de nouveaux layouts sans arrêt mais pas vraiment dans un objectif de productivité mais bien par simple plaisir de changer de clavier comme quelqu’un pourrait avoir comme plaisir de changer de souliers. En bout de ligne, peut importe la réduction du déplacement des doigts sur le clavier, on est dans un monde de QWERTY et même si c’est un mauvais héritage du passé, n’en demeure pas moins que c’est un hértiage qui fait qu’il y a une personne sur moins que 1000 qui a un layout différent de QWERTY et cette personna à moins d’être une secrétaire, un écrivain ou quelqu’onque autre profession qui demande de taper 100 000 mots par jours n’a pas grand bénéfice à changer de layout. Ce qui est cependant très important, c’est d’utiliser ses 10 doigts et de ne pas regarder le clavier au plus que possible histoire de ne pas faire ce qu’ils appellent en Anglais « Hunt et peck », ce que je vois malheureusement trop souvent même chez les programmeurs de longue date.

    Dans tous les cas, merci encore beaucoup pour avoir partagé ces expériences.

    Répondre
    1. Fab Auteur de l’article

      Merci pour cet avis. En plus des raccourcis clavier, pour un bon nombre de programmeurs les noms des variables doivent être écrites en anglais, et donc un clavier bépo est moins adapté (ex: les « w » et les « h » sont un peu excentrés).

      Répondre
    2. Nickel Cobalt

      Quand j’étais au Québec, j’ai beaucoup apprécié utiliser la disposition canadienne multilingue qui intègre les altérations courantes du français, comme le « ç » ou le « à » comme touches de premier niveau.
      En azerty français, pour avoir les majuscules de ces lettres, il faut passer au pire par une combinaison à la con (alt + xxx, sous Windows), au mieux par un CAPS-LOCK-puis-la-touche-en-question-puis-désactiver-CAPS-LOCK (sous Linux, et OSX aussi je crois). Très pénible…

      http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021637388146-le-gouvernement-souhaite-ameliorer-le-clavier-azerty-1194125.php
      http://www.slate.fr/story/112955/clavier-francais-bepo

      Répondre
  6. Meaulnes

    J’utilise le clavier Bépo Typematrix depuis quelques années. J’avoue que j’ai une utilisation assez intensive de mon clavier (au moins 8 heures par jour ) et j’en suis aujourd’hui à mon sixième clavier. En général un clavier ne dure qu’une année (et encore). Ce n’est pas de l’effacement de touches dont je me plaints mais de la mort de certaines touches. Oui, elles sont mortes, inutiles, useless? C’est un peu frustrant car très honnêtement je ne sais pas m’en passer, c’est une véritable addiction. Une fois Typematrix m’en a remplacé 2 claviers sans discuter, c’est déjà ça.

    Répondre
  7. Li-An

    Bonjour, je viens moi-même d’investir dans un clavier Bépo Typematrix. J’avoue que j’en bave après vingt ans d’Azerty, Mais une tendinite tenace m’a incité à sauter le pas, Merci pour ce compte-rendu qui m’incite à tester la frappe sans le skin, Si je le trouve agréable au contact, je ressens un manque de ressenti (un peu l’impression de taper dans du coton) qui m’handicape finalement. Je tape d’ailleurs ce commentaire sans et je trouve ça plus adapté à ma façon de frapper.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.